Ils utilisent PICC 1/4 : ArcelorMittal fait un pas de géant en matière d’efficacité énergétique

Date: août 27, 2021

Par Marion Lair

Dans la course contre le changement climatique, ArcelorMittal veut faire la
différence en matière de RSE en réduisant de manière drastique ses émissions
carbone. La France a pris le lead des projets de R&D sur ce sujet et
accélère le rythme de l’innovation. Une invention majeure en matière de
récupération d’énergie, développée via PICC et récompensée par un Village Award en 2020, sera mise en oeuvre pour validation en
début d’année prochaine. Elle pourrait éviter l’émission de 400 000 tonnes
équivalent carbone, ce qui représente la consommation annuelle de la ville de
Lyon.

 

Arcelor Mittal réduit ses émissions de CO2 avec PICC

Arcelor Mittal réduit ses émissions de CO2 et gagne un prix avec PICC


L’intelligence collective augmentée
pour faire sauter un verrou technologique


Bien que l’acier soit hautement recyclable et recyclé, la demande mondiale devrait continuer d’augmenter et atteindre 2,9 milliards de tonnes en 2050. Sachant que la production d’acier est actuellement responsable de 7 à 9% des émissions de carbone à l’échelle mondiale, la sidérurgie fait face à un immense challenge : répondre à la demande tout en s’inscrivant dans les ambitions de l’Accord de Paris.

ArcelorMittal est de ce fait pleinement engagé dans le développement et la mise en oeuvre de technologies révolutionnaires permettant de produire des aciers à faibles émissions. Le groupe souhaite réduire ses émissions de 30% au niveau européen dans les dix ans à venir, et atteindre la neutralité carbone au niveau mondial d’ici à 2050.

 

L’une des pistes les plus prometteuses pour réduire rapidement et de manière significative l’intensité énergétique (émissions de carbone par tonne d’acier) est de récupérer la chaleur des brames d’acier qui sortent des fours. Chaque brame représente 30 tonnnes de métal chauffé à près de 1000°C ; pour un seul site de production, 70 GWh par an sont en jeu. L’idée d’un bac de récupération a été émise, mais l’équipe dirigée par Gérard Griffay, Responsable Innovation, s’est heurtée à un obstacle de taille nommé calamine.

Les solutions paraissaient difficiles à atteindre jusqu’à ce que Gérard Griffay croise le chemin de Constant Ondo et de PICC Solution. En seulement 5 séances de travail de 3 heures chacune, réparties sur 3 mois et regroupant 12 participants, ArcelorMittal a pu inventer 30 concepts pour son bac de récupération. 5 d’entre eux ont été intégrés à des projets de recherche et ont conduit à une solution satisfaisante qui devrait être mise en oeuvre sur un
premier site de production au début de l’année 2022.

 

« PICC est un outil très puissant. L’intelligence artificielle intégrée à la plateforme a permis de booster l’intelligence et la créativité de nos chercheurs », explique Gérard Griffay, « il nous a permis de lever un obstacle majeur à l’innovation en un temps record. »

L’invention dans un process structuré

ArcelorMittal a utilisé 2 des principales fonction de PICC, la KMAP et le module Build&Solve, pour canaliser le processus inventif sur ce problème particulièrement complexe. L’intelligence artificielle à laquelle Gérard Griffay fait référence a guidé les efforts créatifs des contributeurs vers les bonnes solutions, en fournissant une analyse automatique et en profondeur des connaissances existantes ainsi que des contradictions techniques, et en suggérant les meilleurs principes d’innovation pour résoudre ces contradictions.

Le processus d’invention s’est déroulé en 3 étapes :

  • Partage de l’ensemble des connaissances disponibles (documentées ou non) sur les problèmes associés au bac de récupération, des solutions partielles déjà envisagées et des problèmes générés par ces solutions partielles,
  • Identification des contradictions sur lesquelles travailler en priorité pour résoudre les problèmes efficacement,
  • Exploration de différents principes d’innovation pour générer des idées d’invention.

« Nos experts ont identifié 52 problèmes à résoudre, 28 leviers d’action et 56 paramètres d’évaluation. PICC a identifié de son côté 60 contradictions techniques. Sans l’analyse et la hiérarchisation automatiques fournies par PICC, il nous aurait sans doute fallu des semaines simplement pour avoir une vue globale claire d’où nous étions et de quels problèmes nous devions traiter en priorité. Avec le processus structuré proposé par PICC, nous avons clairement vu une accélération dans l’innovation » explique Gérard Griffay. « Les 30 concepts issus de notre travail sur PICC se sont révélés extrêmement pertinents », ajoute-t-il.

structured Innovation process


Réunir les talents pour
résoudre l’insoluble


Changer les choses en profondeur pour un monde meilleur implique d’ouvrir de nouvelles voies, de résoudre des problèmes longtemps considérés comme insolubles. Cela nécessite de faire appel à tous les talents disponibles. Chez ArcelorMittal, 50% des talents R&D sont en France. Ce qui signifie que les autres 50% sont à l’étranger, sur tous les continents. Grâce à PICC, tous peuvent contribuer à faire évoluer les processus de production pour une sidérurgie neutre en carbone et des produits durables.

Pour Gérard Griffay, « un des grands bénéfices de PICC est de pouvoir connecter des experts issus de différents centres de recherche, et de les faire travailler simultanément sur un même projet. La plateforme est vraiment collaborative dans le sens où les contributeurs peuvent poster quand ils le souhaitent. La carte des connaissances est actualisée en temps réel. PICC offre aussi une traduction automatique en plus de 26 langues. Ces fonctionnalités sont très utiles et hautement appréciées. Elles contribueront sans aucun doute au succès de nos prochains projets collaboratifs. »

Vous voulez vous aussi inventer de nouvelles solutions pour un monde plus durable ?
Sécuriser et accélérer votre processus d’innovation ?


Contact

DEMANDER UNE DÉMONSTRATION DE PICC

Demander une démo

DES QUESTIONS ?

Contactez-nous