Amélioration continue : Comment mobiliser l’intelligence collective et cultiver l’engagement des collaborateurs ?

Date: avril 9, 2020

Par Constant Ondo

Une entreprise, un service, un collaborateur peuvent-ils continuellement s’améliorer ? Et si oui, comment ?

Après plusieurs années de mise en oeuvre du Lean et de la méthode 6 Sigma en production, plusieurs plans d’amélioration des processus supports, il est parfois difficile d’identifier de nouvelles sources de progrès.

Pourtant, s’améliorer encore et toujours est une question de survie. Et il ne s’agit pas uniquement de viser le zéro défaut en production, mais, selon la définition même du verbe améliorer, de changer en mieux pour rendre les produits et services plus satisfaisants.

L’amélioration continue dépasse donc largement le fait de mieux faire ce que l’on fait déjà. Elle implique aussi de faire autrement dans un environnement qui change pour mieux répondre aux besoins des clients… qui, eux aussi évoluent.

C’est en envisageant l’amélioration continue sous cet angle que l’on voit se dessiner la notion d’agilité, si chère au concept d’Industrie 4.0, qui vaut aussi bien pour la production que le service client, la R&D, le marketing… Et pour laquelle le développement de l’intelligence collective, via des outils digitaux tels que PICC Software, est indispensable.

Explications.

L’intelligence collective comme réponse à la complexité

Plus une entreprise progresse dans la maîtrise de ses processus et dans son système de management de la qualité, plus les problèmes qu’elle doit résoudre pour s’améliorer sont complexes. La mise en place du Lean Management et des principes du Kaizen commence par des améliorations simples (comme l’organisation du poste de travail, ou le management visuel), mises en place par les équipes de manière autonome, avec des résultats visibles à court terme.

Une fois les principaux gaspillages (mudas) éliminés, les équipes peuvent se réunir pour tenter de résoudre ensemble des problèmes plus compliqués, comme par exemple des irrégularités de production, avec des outils tels que le diagramme d’Ishikawa et les 5 Pourquoi. Et elles arriveront dans un premier temps à résoudre suffisamment de nouveaux problèmes via ce travail collaboratif pour mesurer une amélioration significative à leur niveau.

Mais qu’advient-il ensuite ? L’approche collaborative permet-elle de résoudre des problèmes avec de multiples causes et effets interdépendants ? Difficilement. Ou au prix de nouveaux « mudas » : la mobilisation d’un nombre d’experts toujours plus important et un travail d’analyse plus complexe.

C’est à ce stade, qui est aujourd’hui celui de la plupart des entreprises, que les plateformes d’intelligence collective entrent en jeu. En modélisant de manière automatique les problèmes complexes et en rapprochant chacune de leurs composantes des solutions déjà envisagées et/ou testées, elles permettent de guider la réflexion et servent d’outil d’aide à la décision.

De nouvelles idées pour se transformer

On l’a dit en introduction de cet article, l’amélioration continue se fait de plus en plus en mode agile pour répondre aux évolutions des attentes des clients, de l’univers concurrentiel des technologies…

Pour assurer sa pérennité, une entreprise ne peut plus se contenter de faire mieux ce qu’elle fait déjà. Elle doit aussi envisager de faire autrement, de transformer en profondeur ses processus, voire d’acquérir de nouvelles compétences. L’amélioration continue durable implique donc de mettre en oeuvre une bonne dose d’innovation et de management du changement.

Les projets transversaux se multiplient, le collaboratif est mis à l’honneur et le réseau social d’entreprise (RSE) apparaît comme un bon moyen de casser les silos pour faciliter les échanges. Mais les interactions au sein des réseaux sociaux d’entreprise génèrent rarement d’elles-mêmes des idées vraiment novatrices. Il faut là encore mobiliser un nombre important d’experts et assurer une animation régulière pour obtenir des résultats. À cela s’ajoute le risque de « réinventer la roue » si l’on n’est pas capable de réutiliser les connaissances d’un projet à l’autre. Avec comme corollaire potentiel un désengagement des équipes, sur-sollicitées pour des résultats peu convaincants.

PICC Software aborde le problème différemment. Partant du principe qu’innover c’est apporter une réponse à un problème non résolu, notre plateforme d’intelligence collective structure l’ensemble des connaissances, savoir-faire, retours d’expérience, insights de l’entreprise, ainsi que les données issues de capteurs IoT sous forme de problèmes et solutions interdépendants.

Ce faisant, PICC Software offre à toutes les personnes en charge de l’amélioration continue, de l’innovation et du management du changement un outil extraordinairement puissant pour faire avancer leurs projets : la Knowledge Map (KMAP).

Cette carte des connaissances interactive, mise à jour en temps réel, permet en effet à la fois :

d’identifier des problèmes non résolus
d’en comprendre les causes racines
de visualiser et d’évaluer toutes les solutions déjà mises en oeuvre pour les résoudre
de chercher automatiquement de nouvelles solutions dans des bases de connaissances externes
de créer des équipes ad hoc, en identifiant notamment de nouveaux experts et de nouvelles compétences dans l’organisation
de piloter les plans d’action

Pour en savoir plus sur les 6 fonctions de PICC Software qui boostent la performance de vos équipes, lire notre article sur IoT dans l’industrie.

Le développement personnel comme base de l’engagement

Selon les principes du Kaizen, pas d’amélioration continue sans un engagement total des salariés.

Un engagement qu’il est finalement plus simple qu’il n’y paraît de cultiver au quotidien en misant sur le développement personnel des collaborateurs. L’objectif : donner à chacun les moyens d’être autonome dans sa mission, c’est à dire de pouvoir la remplir efficacement dans des circonstances variées et faire preuve d’initiative face à des évènements inattendus.

L’implication dans la résolution de problèmes a en effet été identifiée comme une des clés de l’engagement. Pourquoi ? Parce qu’elle augmente l’expertise individuelle (et renforce donc l’autonomie) tout en servant l’objectif collectif.

Il est donc essentiel de répondre à ce besoin lorsque l’on cherche à mobiliser l’intelligence collective pour mettre en place une amélioration continue durable.

Et c’est exactement ce que fait PICC Software en permettant à chacun de puiser dans les connaissances partagées pour renforcer son autonomie, et de valoriser ses retours d’expérience auprès de la communauté. Le bénéfice qu’il en retire est supérieur à celui qu’il aurait obtenu s’il avait réfléchi seul et gardé ses connaissances pour lui. L’intelligence collective contribue à son développement personnel et renforce son engagement. Le cercle vertueux est enclenché.

Vous voulez vous aussi mettre à profit la puissance de l’intelligence collective dans votre démarche d’amélioration continue ?

N’hésitez-pas à prendre contact avec nous.


Contact

DEMANDER UNE DÉMONSTRATION DE PICC

Demander une démo

DES QUESTIONS ?

Contactez-nous
Share This